Fadolâtrie

Au siècle dernier, pour nourrir les trente glorieuses de main-d'œuvre à bon marché, on compte sur l'émigration des portugais vers la France. A Chavès dans l'Alto Duro en 1959, des agricultrices regroupées au sein du collectif "Terra de aguia*", conscientes du péril pour les exploitations familiales, contestent l'exode des fils et maris vers le Bouygues paradis (sic). Une nuit de décembre, veille de départ d'un plein autocar, elles habillèrent les oliviers du pré communal de griffes géantes en paille tressée couvertes de jute noire... imploration au ciel d'aider à calmer l'appétit de l'ogre BTP. Salazar enverra fista ses flicards clouer le bec des remontées pour lesquelles ce sera débandade et saudade... jusqu'à l'été et le retour des mâles à gronder. 

* Terre d'aigle

View the embedded image gallery online at:
https://panko.be/collagines/fadolatrie.html#sigProId061847b256